Film Wiki
Advertisement

Inglourious Basterds (Le Commando des bâtards au Québec) est un film américain réalisé par Quentin Tarantino, sorti le 19 août 2009 en France. Il a été présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2009.

Synopsis[]

Dans la France occupée, Shosanna Dreyfus (Mélanie Laurent) assiste à l'exécution de sa famille juive par le colonel de la SS Hans Landa (Christoph Waltz). Shosanna parvient à s'échapper et se retrouve à Paris où elle se construit une nouvelle identité en tant que gérante d'un cinéma.

Ailleurs en Europe, le lieutenant Aldo Raine (Brad Pitt) forme un groupe de soldats juifs spécialisés dans des actions ciblées et risquées. Connus sous le nom de « The Basterds », Raine et ses hommes font équipe avec l'actrice allemande et agent double Bridget von Hammersmark (Diane Kruger) pour tenter d'assassiner les dirigeants du Troisième Reich. Ils croisent alors la route de Shosanna qui mène sa propre vendetta.

Le projet[]

Quentin Tarantino a écrit le scénario d’Inglourious Basterds plus de 10 ans avant sa sortie ; en effet, selon les dires d'Uma Thurman, il aurait commencé à l'écrire après le tournage de Pulp Fiction, juste avant de réaliser Jackie Brown. Le scénario final atterrit sur le bureau de son producteur Lawrence Bender le 4 juillet 2008. Le tournage du film débute le 13 octobre 2008 en Allemagne et s'achève fin décembre en France[1].

Lors de sa venue en France pour la sortie de Kill Bill : volume 1 en novembre 2003, Quentin Tarantino avait déclaré : « Pendant ces cinq dernières années, j'ai écrit deux scénarios de films ayant pour cadre la Seconde Guerre mondiale, deux histoires séparées, n'ayant pas de lien de cause à effet, mais interprétées par les mêmes personnages. »

Inglourious Basterds a été présenté par Quentin Tarantino sur le plateau du Grand Journal de Canal+ au Festival de Cannes 2009.

Fiche technique[]

  • Titre français et original : Inglourious Basterds
  • Titre au Québec : Le Commando des bâtards [2]
  • Réalisation : Quentin Tarantino
  • Scénario : Quentin Tarantino
  • Production : Lawrence Bender, Erica Steinberg, Harvey Weinstein, Robert Weinstein
  • Société de production : Universal Pictures, The Weinstein Company, A Band Apart, Zehnte Babelsberg Film
  • Société de distribution : Universal Pictures, The Weinstein Company
  • Photographie : Robert Richardson (directeur de la photographie)
  • Montage : Sally Menke
  • Direction artistique : Sebastian T. Krawinkel
  • Décors : David Wasco, Sandy Reynolds-Wasco
  • Costumes : Anna B. Sheppard
  • Pays d'origine : Drapeau : États-Unis États-Unis, Drapeau d'Allemagne Allemagne, Drapeau de France France
  • Durée : 148 minutes (2 h 28)
  • Dates de sortie :

Distribution[]

  • Brad Pitt : le lieutenant Aldo Raine
  • Mélanie Laurent : Shosanna Dreyfus
  • Christoph Waltz : le colonel Hans Landa
  • Michael Fassbender : le lieutenant Archie Hicox
  • Eli Roth : le sergent Donnie Donowitz
  • Diane Kruger : Bridget Von Hammersmark
  • Daniel Brühl : le soldat Frederick Zoller
  • Til Schweiger : le sergent Hugo Stiglitz
  • August Diehl : le major Deiter Hellstrom
  • Gedeon Burkhard : le caporal Wilhelm Wicki
  • Richard Sammel : le sergent Werner Rachtman
  • Julie Dreyfus : Francesca Mondino
  • Sylvester Groth : le docteur Joseph Goebbels
  • Jacky Ido : Marcel
  • Mike Myers : le général Ed Fenech
  • Rod Taylor : Winston Churchill
  • Martin Wuttke : Adolf Hitler
  • B.J. Novak : le soldat Smithson Utivich
  • Samm Levine : le soldat Gerold Hirschberg
  • Paul Rust : le soldat Andy Kagan

Personnages[]

Les Bâtards (The Basterds[N 1])[]

Fichier:Brad-pitt09.jpg

Brad Pitt, interprète du Lieutenant Aldo Raine, commandant des Bâtards

  • Lieutenant Aldo Raine « Aldo l'Apache » (Aldo the Apache), interprété par Brad Pitt
Originaire du Tenessee, Aldo a un fort accent et un grand débit de paroles, et un physique de hillbilly des Appalaches, accentué par ses origines amérindiennes, d'où son surnom d'« Aldo l'Apache ». Obsédé par la vengeance et par sa lutte contre le racisme[3], il commande le commando des Basterds, composé de huit soldats juifs américains, avec pour mission de « tuer du nazi ». Lors de sa première apparition dans le film, un subtil hommage du sketch de George Carlin The Indian Sergeant, il ordonne à ses hommes de lui rapporter 100 scalps nazis chacun. Le film n'y fait pas allusion, mais il porte au cou une cicatrice qui fait penser qu'il aurait survécu à un lynchage. Il est l'un des principaux personnages du film, décrit dans le script comme « un hors-la-loi volubile en roue libre » (a voluble, freewheeling outlaw), dans la même veine que Jules Winnfield (Samuel L. Jackson) dans le Pulp Fiction de Tarantino[4]. Son nom fait référence à l'acteur Aldo Ray, un ancien vétéran de la Seconde Guerre mondiale, apparaissant dans plusieurs films, comme Le Cri de la victoire ou Qu'as-tu fait à la guerre, papa ?, ainsi qu'à Charles Rane, un personnage du film Légitime Violence (1977)[5]. Bien qu'il soit le chef du groupe, il est le seul non-juif, qui veut « transformer l'antinazisme en guerre sainte[6] ».
  • Sergent Donny Donowitz « L'Ours Juif » (The Bear Jew), interprété par Eli Roth
Adjoint du lieutenant Raine, Donowitz est un homme immense originaire de Boston, « chasseur de nazis à la batte de baseball » (baseball bat-swinging Nazi hunter), surnommé par les nazis « L'Ours Juif »[7], et tellement craint que certains d'entre eux l'assimilent à un golem vengeur invoqué par les Juifs. Le rôle était initialement attribué à Adam Sandler, qui fut approché par Tarantino, avant de décliner l'offre en raison du tournage du film Funny People.
  • Hugo Stiglitz, interprété par Til Schweiger
Psychopathe silencieux d'origine allemande, spécialiste du couteau, le Hugo Stiglitz, Feldwebel (sergent) de la Wehrmacht, a assassiné 13 officiers allemands. Attrapé et torturé par la Gestapo, il fut envoyé à Berlin pour servir d'exemple. Mais les Bâtards organisèrent son évasion et l'incorporèrent dans leurs rangs. Son nom fait référence à l'acteur de séries B mexicain des années 1970, Hugo Stiglitz[8]. Il est, avec Wilhelm Wicki, le seul germanophone du commando.
  • Wilhelm Wicki, interprété par Gedeon Burkhard
Juif austro-allemand[9], il a émigré aux États-Unis avant les persécutions, et s'est fait engager dans l'armée américaine. Il fait office de traducteur lors des interrogatoires menés par Aldo. Le nom Wilhelm Wicki est un mélange entre les noms des réalisateurs Georg Wilhelm Pabst et Bernhard Wicki.
  • Soldat Smithson Utivich « Le Petit Homme » (The Little Man), interprété par B.J. Novak
  • Soldat Omar Ulmer, interprété par Omar Doom
Tarantino, ami de Doom depuis 1998, l'a toujours encouragé à devenir acteurErreur de référence : Balise <ref> incorrecte ;

noms incorrects, par exemple trop nombreux, l'a appelé deux semaines avant le début du tournage pour qu'il auditionne pour le rôle[10].

  • Soldat Gerold Hirschberg, interprété par Samm Levine
Devant initialement être interprété par l'acteur américain David Krumholtz, celui-ci a été remplacé par Samm Levine[5].
  • Soldat Andy Kagan, interprété par Paul Rust
Tarantino a rajouté son personnage après avoir rencontré Rust[11].
  • Soldat Michael Zimmerman, interprété par Michael Bacall
  • Soldat Simon Sakowitz, interprété par Carlos Fidel

Les Britanniques[]

Critique de films avant le début de la guerre pour le magazine Cinéma et réalisateurs (Films and filmakers), il est un élégant et beau lieutenant de l'armée britannique, décrit dans le script en ces termes : « Hicox entre, on dirait George Sanders jeune »[6]. Il parle parfaitement allemand, mais se trahira à cause de son accent et de sa façon d'indiquer de la main le chiffre trois (à l'anglo-saxonne et non à l'allemande). L'un des principaux protagonistes du film, bien qu'il ne soit présenté qu'au milieu du film et uniquement au cours du chapitre 4 : Opération Kino. Le britannique Simon Pegg devait à l'origine tenir ce rôle, mais en raison d'un emploi du temps surchargé, il a été remplacé par Michael Fassbender[12].

« Sans qu'il en soit la transposition exacte, il peut faire penser à Graham Greene : l'homme débuta comme critique avant de s'engager dans les commandos. »

— Quentin Tarantino[6], Studio Ciné Live n°6, pp.80-83, Christophe Chadefaud et Emmanuel Cirodde

  • Général Edward Fenech, interprété par Mike Myers
Esprit supérieur légendaire de l'état-major britannique, il organise un complot pour l'assassinat de l'état-major nazi[13]. À l'opposé du lieutenant Hicox, il est décrit par Tarantino comme un George Sanders vieux[6]. Le nom du personnage, Ed Fenech, est un hommage à l'actrice franco-italienne Edwige Fenech[5].
  • Winston Churchill, interprété par Rod Taylor
Premier ministre du Royaume-Uni de l'époque.

Les Juifs[]

Une jeune française juive en cavale. Seule survivante du massacre de sa famille alors que celle-ci était cachée sous le plancher d'une maison de fermier, elle émigre à Paris et devient gérante d'un cinéma. Tarantino estime que « Shosanna a toujours été un personnage principal » (Shosanna was always a main character) au cours du film[14]. Tarantino avait au départ l'idée d'en faire une « Jeanne d'Arc juive » :

« Elle était bien plus bad ass, elle balançait des cocktails Molotov et tirait à la carabine sur les camions nazis,; elle s'échappait par les toits. Finalement j'ai transféré ce personnage sur la Mariée de Kill Bill [...]. J'ai fait de Shosanna un personnage plus réaliste. C'est une survivante, pas une bad ass. »

— Quentin Tarantino[6], Les Cahiers du cinéma n°646, pp.10-15, Charlotte Garson et Thierry Méranger

Les Nazis[]

Fichier:ChristophWaltzCannesMay09.jpg

Christoph Waltz, interprète du Colonel SS Hans Landa.

  • Colonel SS (Standartenführer) Hans Landa « Le Chasseur de Juifs » (« The Jew Hunter »), interprété par Christoph Waltz
Officier du service de renseignements (SD) de la SS, Hans Landa est un homme cultivé, subtil et polyglotte, maniant avec autant d'aisance l'anglais, le français et l'italien en plus de l'allemand. Envoyé en France, il fut rapidement surnommé « Le Chasseur de Juifs » en raison de son habileté à localiser les Juifs cachés. Parfait sadique, il pratique la torture psychologique lors de ses interrogatoires menés autour d'une table. Sur un ton badin et poli, il parvient à transformer une conversation de routine en cul-de-sac devant lesquels ses victimes ne peuvent qu'avouer. Dans la première scène du film, il questionne calmement le fermier, et on comprend à la fin qu'il connaissait depuis le début où se cachaient les Juifs :

« Sans que le dialogue ne les souligne, on comprend peu à peu ses méthodes. À toutes les projections cannoises, quand il dit au fermier Lapadite « Je parle si mal français que cela me gênerait de continuer dans cette langue, pourrait-on passer à l'anglais pour le reste de la conversation ? », les gens ont ri. Parce qu'ils ont présumé qu'il s'agissait d'une convention pour passer du français à l'anglais. [...] Mais à la fin de la scène, vous comprenez pourquoi il le fait. Cela fait partie de sa technique d'interrogatoire : il veut 1) déstabiliser Lapadite en lui interdisant de parler sa langue maternelle, et 2) pouvoir parler des juifs cachés sous le plancher sans qu'ils comprennent ce qu'il dit. »

— Quentin Tarantino[6], Les Cahiers du cinéma n°646, pp.10-15, Charlotte Garson et Thierry Méranger

Landa est le personnage principal du film, qualifié de « héros » par Tarantino lorsqu'il explique : « Le film montre qu'à la fin, l'Histoire retiendra que le héros de cette aventure, c'est Hans Landa - c'est son plan, il en est le héros, il recevra la Légion d'honneur américaine, etc. Mais l'Histoire ne dira rien de Shosanna[6]. »
Tarantino avait songé à Leonardo DiCaprio pour le rôle du Colonel, mais il préféra engager un acteur germanophone pour ce personnage. Il affirma que s'il ne trouvait pas un acteur parfait pour le rôle, il « pourrait annuler le film complètement[15] ». Tarantino choisit alors l'acteur autrichien Christoph Waltz, alors inconnu du grand public.

« J'ai dit à mes producteurs que j'avais peut-être écrit un rôle injouable. J'ai dit que je ne voulais pas faire ce film si je ne trouvais pas le parfait Landa, je préférais publier le scénario, que faire un film où le personnage serait moins bon que sur le papier. Quand Christoph est arrivé et a auditionné le lendemain, il m'a rendu mon film ! »

— Quentin Tarantino[16], Variety, Michael Fleming

Pour son interprétation du Colonel Landa, Christoph Waltz remporta le Prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 2009[17].
  • Soldat (Gefreiter) Fredrick Zoller, interprété par Daniel Brühl
Jeune héros de guerre arrogant de la Wehrmacht, devenu célèbre en Allemagne pour ses faits d'arme : il tua près de 300 soldats ennemis à lui seul alors qu'il était retranché au sommet d'un clocher dans une petite ville d'Italie. Joseph Goebbels, ministre de la propagande et second personnage le plus influent du Troisième Reich, vit l'avantage qu'il pourrait tirer d'une telle histoire pour sa mission de propagande, et il réalisa un film sur le nouveau héros allemand, La Fierté de la Nation (Stolz der Nation)[18]. Zoller pourrait être l'analogue allemand du héros américain de la Seconde Guerre mondiale Audie Murphy, avec qui il partage des similitudes dans leurs faits d'arme et dans le fait qu'un film a été réalisé sur leurs exploits (L'Enfer des hommes pour Murphy).
  • Major (Sturmbannführer) Dieter Hellstrom, interprété par August Diehl
Officier en uniforme de la Gestapo, il se trouvera dans la taverne choisie par Bridget Von Hammersmark comme point de rendez-vous avec les Bâtards germanophones. Il est particulièrement entraîné à reconnaître les accents.
  • Docteur Joseph Goebbels, interprété par Sylvester Groth
Ministre de la propagande sous le Troisième Reich. Sylvester Groth interprète à nouveau le rôle de Joseph Goebbels, qu'il tenait dans Mon Führer - La vraie véritable histoire d'Adolf Hitler.
  • Adolf Hitler, interprété par Martin Wuttke
Führer, fondateur et figure centrale du nazisme, instaurateur de la dictature totalitaire du Troisième Reich.
  • Sergent Wilhelm, interprété par Alexander Fehling
Soldat de la Wehrmacht qui fête la naissance de son fils Maximilien à Francfort dans une taverne de la petite ville de Nadine, près de Paris.
  • Soldat (Gefreiter) Butz, interprété par Sönke Möhring
Seul survivant d'une attaque menée par les Bâtards, à qui ils ont gravé une croix gammée sur le front, afin qu'il ne puisse jamais cacher sa participation dans l'armée nazie.
  • Sergent (Feldwebel) Werner Rachtman, interprété par Richard Sammel
Sergent de la Wehrmacht, chef de l'unité attaquée par les Bâtards, il est interrogé par Aldo Raines afin qu'il lui indique les positions allemandes.
  • Capitaine Wolfgang, interprété par Ludger Pistor
Officier de l'armée allemande, qui vient féliciter Fredrick Zoller. Le rôle a été créé spécialement pour lui par Tarantino.
  • Gaspar, interprété par Buddy Joe Hooker
Soldat nazi venu avec sa fiancée demander un autographe à Fredrick Zoller.
  • Général nazi (Generaloberst), interprété par Enzo G. Castellari
Caméo du réalisateur italien Enzo G. Castellari pour le rôle d'un des deux généraux nazis qui parlent de « L'Ours Juif » avec Hitler. Castellari avait déjà réalisé un caméo dans son propre film intitulé Inglorious Bastards en anglais (Une poignée de salopards ou Quel maledetto treno blindato en version originale), mais dans la SS d'un rang différent, plutôt que dans la Wehrmacht comme ici.

Autres rôles[]

  • Le Narrateur, interprété par Samuel L. Jackson

Allemands[]

  • Bridget von Hammersmark, interprétée par Diane Kruger
Star de cinéma populaire en Allemagne et espionne pour les Britanniques, à l'origine de l’Opération Kino.

Américains[]

  • Colonel américain, interprété par Bo Svenson
Caméo de l'acteur suédois Bo Svenson pour le rôle du colonel américain dans le film de Goebbels La Fierté de la Nation.
  • Officier américain à la radio, interprété par Harvey Keitel

Français[]

  • Francesca Mondino, interprété par Julie Dreyfus
Actrice française, elle est la maîtresse de Joseph Goebbels.
  • Marcel, interprété par Jacky Ido
Fiancé de Shosanna et projectionniste dans le cinéma de Mme Mimieux.
  • Éric, interprété par Christian Berkel
Patron de la taverne française La Louisiane de la ville de Nadine.
  • Mathilda, interprétée par Anne-Sophie Franck
Fille du patron de La Louisiane.
  • Babette, interprétée par Jana Pallaske
Fiancée française du soldat nazi, Gaspar.
  • Perrier Lapadite, interprété par Denis Ménochet
Fermier dans la campagne française, il cache une famille de juifs sous son plancher.
  • Charlotte Lapadite (Léa Seydoux), Julie Lapadite (Tina Rodriguez), Suzanne Lapadite (Lena Friedrich)
Les trois filles de Perrier Lapadite.

Autour du film[]

  • Quentin Tarantino apparaît dans le film : il fait un caméo vocal dans Nation's Pride (le « film dans le film ») : on peut l'entendre dire Modèle:Citation étrangère.[19]
  • Le film s'appelait à l'origine Inglorious Bastards mais le titre fut changé quelques temps avant le début du tournage en Inglourious Basterds, pour le différencier du titre anglophone d'Une poignée de salopards (The Inglorious Bastards), un film de guerre italien sorti en 1978[20] réalisé par Enzo G. Castellari et avec Bo Svenson, qui font des apparitions dans Inglourious Basterds.
  • L'acteur-réalisateur Eli Roth a réalisé le « film dans le film », Nation's Pride, qui met en scène Frederick Zoller, le personnage incarné par Daniel Brühl. Ce mini-film a nécessité 3 jours de tournage et sur les 5 minutes 30, seules quelques bribes apparaissent dans le film. Eli Roth avait également réalisé la fausse bande-annonce Thanksgiving pour le projet Grindhouse de Quentin Tarantino et Robert Rodriguez[21]. Tarantino a également produit ses films Hostel et Hostel - chapitre 2.
  • Dans certains pays (comme en France ou en Allemagne), la croix gammée apparaissant sur l'affiche du film a été supprimée et remplacée par un trou causé par une balle. Cela est dû à des lois interdisant d'afficher une croix gammée autrement qu'à des fins de représentation historique.
  • Les comédiens Eli Roth et Omar Doom étaient déjà présents dans le précédent film de Tarantino, Boulevard de la mort. Par ailleurs, ils ont été légèrement blessés lors de la scène d'incendie du cinéma. Grâce à l'intervention rapide des pompiers du plateau de tournage, la structure ne s'est pas effondrée et les acteurs ont pu en sortir indemnes[21].
  • Ennio Morricone devait à l'origine composer la bande son du film mais le célèbre compositeur italien a du décliner l'offre de Quentin Tarantino en raison d'un conflit d'emploi du temps[22].
  • Le réalisateur allemand Tom Tykwer a participé à la traduction en allemand des dialogues anglais du film. Sa participation n'est cependant pas créditée au générique[22].
  • Le film a en partie été joué au croisement de la rue Championnet et la rue du Poteau à Paris dans le 18e arrondissement.

Récompenses[]

Notes[]

  1. Volontairement écrit « The Basterds », la bonne orthographe anglophone étant : « The Bastards » (Les Bâtards)

Références[]

Voir aussi[]

Liens internes[]

  • Vie des Français sous l'Occupation allemande
  • Europe sous domination nazie
  • Allemagne nazie

Liens externes[]

Modèle:Tarantino Modèle:Brad Pitt

    Modèle:Portail NazismeModèle:Portail Seconde guerre mondiale
  • Portail de la France Portail de la France
  • Modèle:Portail Allemagne
  • Portail des États-Unis Portail des États-Unis


da:Inglourious Basterds fa:حرامزاده‌های لعنتی fi:Kunniattomat paskiaiset it:Bastardi senza gloria nl:Inglourious Basterds pt:Inglourious Basterds sv:Inglorious Bastards tr:Inglourious Basterds

Advertisement