Film Wiki
Advertisement

Julie (en 12 chapitres) , film norvégien ( aussi français, danois, suédois) de Joachim Trier, sorti en 2021

Analyse critique[]

Le film narre les tribulations professionnelles mais surtout sentimentales de Julie, jeune trentenaire norvégienne, assaillie de questions et de doutes. Le film est découpé en un prologue, 12 chapitres et un épilogue,

Julie, élève brillante, est étudiante en médecine à Oslo. Après avoir eu une révélation, elle décide de poursuivre sa carrière en psychologie. Encore indécise, après avoir parcouru son album de photos sur son téléphone, elle procède à un revirement total et décide finalement de devenir photographe. Alors qu'elle sort avec son premier petit ami, elle rencontre Aksel Willman, de quinze ans son aîné, un auteur de BD anticonformiste reconnu par le public. Malgré leur différence d'âge, ils commencent une relation qui paraît sérieuse.

Aksel et Julie passent un week-end en famille chez les parents d'Aksel. Celui-ci, qui explique avoir passé l’âge de la jeunesse, à 44 ans, propose à Julie de fonder une famille. Mais elle lui répond ne pas être prête et ne sait pas quand elle le sera. Elle lui avoue ne pas avoir l’instinct maternel, raison pour laquelle elle n’a pas su jouer avec les enfants de la famille. Le matin, elle regarde Aksel faire des coloriages avec ses neveux nièces.

Alors qu’elle rentre chez elle après une séance de dédicaces d’Aksel pour la sortie de sa nouvelle BD, Julie entre à l’improviste dans une fête. Là, elle aborde Eivind, un serveur de bar. Bien qu'ils soient tous deux en couple, ils passent la nuit ensemble à parler, à s’observer et à se raconter des petits secrets sexuels. À l’heure de se quitter, ravis de cette rencontre et malgré l’intimité qu’ils viennent de partager, ils estiment ne pas avoir fait preuve d’infidélité envers leurs conjoints respectifs.

Julie décide d'écrire un article de blog sur ses préférences en matière de sexe oral. Aksel, impressionné par la qualité de l’article, encourage Julie à le publier en ligne. Julie fête ses 30 ans avec Aksel au domicile de sa mère divorcée et avec sa grand-mère. Le père de Julie ne se présente pas, affirmant qu'il s'est blessé au dos. Quelques jours plus tard, Julie et Aksel rendent visite à son père, qui s'est remarié avec une femme qui a une fille adolescente. Julie lui demande s'il a lu son blog, mais il prétend qu'il n'a pas pu ouvrir le lien, laissant penser à Aksel qu'il l'évite intentionnellement. Sur le chemin du retour, Aksel explique à Julie qu'elle doit fonder sa propre famille.

Alors qu'elle se trouve dans la librairie où elle travaille, Julie rencontre Eivind et sa femme Sunniva ; ils discutent pendant que Sunniva attend dehors. En dînant avec le frère et la belle-sœur d'Aksel, celui-ci se plaint de l'adaptation cinématographique de sa série comique Bobcat, dans laquelle sa BD politiquement incorrecte est transformée en un fade film de Noël familial. Julie, désabusée, décide de sortir avec Eivind et tombe amoureuse de lui. Lorsqu'elle rentre chez elle le lendemain matin, elle rompt avec Aksel, mais ils font l'amour une dernière fois avant qu'elle ne quitte son appartement, bien qu'elle laisse entendre qu'ils pourraient se remettre ensemble à un moment donné.

Lors d'un sortie en camping dans les hautes terres de Finnmak, Sunniva fait une rencontre rapprochée avec un renne et à une révélation : elle se met à rechercher son ascendance, ce qui détermine qu'elle est à 3 % d’origine Sami. Cela l'amène à devenir une militante passionnée par le changement climatique tout en poursuivant des activités telles que le yoga. Eivind commence à s'épuiser avec leur style de vie restrictif commun jusqu'à ce qu'il rencontre finalement Julie.

Julie et Eivind emménagent ensemble. Bien qu'il ait depuis rompu avec Sunniva, il la suit toujours sur Instagram, ce que Julie découvre et accepte. Lors d’une fête avec des amis, l'un d'eux découvre la réserve de champignons hallucinogènes d'Eivind. Après les avoir consommés, Julie subit des effets délirants, s'imagine jeter avec colère son tampon ensanglanté sur son père tout en affrontant ses peurs d'avoir des enfants.

Lors d’une séance d'exercices au gymnase, Julie regarde une interview télévisée mettant en vedette Aksel à propos de l'adaptation cinématographique de ses bandes dessinées Bobcat. Lorsque l'animatrice accuse ses bandes dessinées d'être sexistes, Aksel se lance dans une défense ardente de son travail, qui semble impressionner Julie. Le frère d'Aksel rend visite à Julie à son travail et lui révèle qu'Aksel a contracté un cancer du pancréas devenu inopérable. Quelque temps plus tard, Eivind trouve à la poubelle une feuille chiffonnée.

Julie apprend qu'elle est enceinte, mais s’abstient de l’annoncer à Eivind, qui ne veut pas d'enfants. Elle se rend à l'hôpital pour rendre visite à Aksel, où ils se retrouvent tendrement. Il confie qu'il est dévasté par la perspective de ne plus avoir d'avenir, ses jours étant comptés à cause de son cancer. Julie lui avoue qu'elle est enceinte. Malgré les affirmations d’Aksel selon lesquelles elle serait une bonne mère, elle ne sait pas si elle veut garder ou non le bébé. De retour à la maison, elle informe finalement Eivind de sa grossesse. Ils décident alors de se séparer pendant qu'elle détermine si elle veut garder l'enfant ou non.

Joachim Trier filme avec subtilité et virtuosité. Il questionne aussi bien l’intime que le monde contemporain. Une comédie existentielle mi-grave, mi-légère.

Sur l’introspection, l’analyse des sentiments, le désir ou non de maternité, la fidélité ou non, le film est éminemment délicat. En faisant de Julie une sorte de symbole papillonnant et vulnérable de la jeunesse contemporaine, Joachim Trier explore aussi l’écart entre les générations, entre ceux comme lui, conscient d’avoir un attachement aux choses déjà vieille école, et les « digital natives », capables de rebondir et de se réinventer. Sont aussi évoqués pas mal des débats agitant la société actuelle, du mouvement #MeToo à l’urgence écologique.

Sagacité du trait, profondeur littéraire des dialogues, fluidité de la mise en scène. Le film déambule à travers le temps et la ville aérée d’Oslo avec beaucoup de grâce. À l’image de cette séquence formidable de nuit grisante et très alcoolisée, où Julie s’incruste avec naturel dans une fête et flirte longuement, au bord de l’infidélité, dans un jeu de séduction très intime. Toujours captivant y compris dans la légèreté, le film avance de manière insoupçonnée vers des notes nettement plus mélancoliques et se révèle particulièrement poignant dans sa dernière demi-heure.

Distribution[]

  • Renate Reinsve : Julie
  • Anders Danielsen Lie : Aksel
  • Herbert Nordrum : Eivind

Fiche technique[]

  • Titre original : Verdens verste menneske litt: La pire personne du monde
  • Réalisation : Joachim Trier
  • Scénario : Joachim Trier et Eskil Vogt
  • Photographie : Kasper Tuxen
  • Montage : Olivier Bugge Coutté
  • Musique : Ola Fløttum
  • Sociétés de production : Arte France Cinéma, B-Reel Films, Film i Väst, MK2 Productions, Oslo Pictures, Snowglobe Films
  • Dates de sortie : 8 juillet 2021 (Festival de Cannes 2021)
    • 13 octobre 2021 (sortie nationale)
  • Distinction : Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 2021 pour Renate Reinsve
julie12.jpg
Advertisement