FANDOM


L'Infirmière , film japonais de Kôji Fukada, sorti en 2019

Analyse critiqueModifier

Ichiko est infirmière à domicile et s’occupe d’une vieille dame dont il est difficile de savoir si elle perd la tête ou si elle feint de le faire. En plus, elle donne, dans des cafés, des cours de soutien aux deux petites-filles de sa patiente, la plus âgée Motoko qui veut être infirmière et Saki adolescente. Un jour lors d'une de ces séances, Ichiko croise son neveu, orphelin de père et un peu marginal.

Plus tard, Saki est enlevée par un jeune homme. Celui-ci se révèle être le propre neveu d’Ichiko, aperçu dans le café. Ichiko garde le silence, poussée en cela par Motoko, l’aînée des adolescentes. Ce mensonge, qui jette un doute sur son éventuelle culpabilité, va, petit à petit, être démasqué et engendrer un engrenage infernal pour l’infirmière, menacée de mort sociale et sentimentale. Son projet de mariage avec le docteur Totsuka veuf et père d’un petit garçon, est remis en question. Elle perd son emploi dans la maison de la vieille dame, est harcelée par les médias et doit démissionner de l'association d'aide à domicile. Elle poursuit ses relations avec Motoko, sous le règne de l’ambiguïté, y compris celle concernant l'attirance homosexuelle entre les deux femmes.

L’Infirmière est essentiellement le récit d’un dérèglement, d’un processus progressif de démolition engendré par l’érosion d’un refoulement devenu de plus en plus insupportable. Le personnage principal du film devient une sorte de bouc émissaire et la société elle-même semble tirer sa jouissance de l’exposition de celui-ci. C’est ainsi qu’il faut comprendre le rôle joué par les médias dans le récit, des médias conçus comme le scandale d’un appétit voyeuriste de la société, en rupture avec l’affirmation d’une réserve pourtant exigée par les traditions de la vie sociale japonaise. C’est entre le non-dit et le trop-dit, entre la rétention et l’explosion, que se joue le sort de l’héroïne. Insidieusement se font jour les causes profondes du mystère.

L'infirmière est elle-même piégée par d’anodines confidences intimes qu’elle a, un jour, confessées à celle qu’il ne fallait pas. L’habileté du cinéaste est de ne pas dévoiler les raisons psychologiques profondes et la logique du comportement d’Ichiko. Elle peut sembler être la victime expiatoire d’une société coincée et hypocrite ou bien le catalyseur plus ou moins conscient d’une remise en cause de l’ordre social et de ses prescriptions. Derrière son apparente stabilité, la société japonaise contemporaine semble toujours au bord de l’implosion et du chaos.n monde inquiétant qui, derrière son apparente stabilité, semble toujours au bord de l’implosion et du chaos.

Le film doit beaucoup à l’interprétation tout en nuances des deux comédiennes, Mariko Tsutsui et Mikako Ishikawa. La première, expérimentée, rentre dans le costume de cette infirmière avec une grande justesse incroyable. Elle parvient à cultiver le doute de sa culpabilité éventuelle jusqu’à la dernière scène. La seconde joue Motoko, un personnage complexe, sombre, manipulateur, tout autant qu’elle est amoureuse et en conflit avec ses sentiments intérieurs. Le scénario ne force jamais le trait. Il laisse le spectateur imaginer le pire ou le meilleur chez ces deux personnages qui semblent écartelés, dans un tourbillon de confusions.

DistributionModifier

  • Mariko Tsutsui : Ichiko
  • Mikako Ichikawa : Motoko Oishi
  • Sôsuke Ikematsu : Kazumichi, le petit ami de Motoko
  • Mitsuru Fukikoshi : le docteur Totsuka

Fiche techniqueModifier

  • Réalisation et scénario : Kôji Fukada
  • Titre original : よこがお (Yokogao)
  • Titre anglais : A Girl Missing
  • Photographie : Ken'ichi Negishi
  • Montage : Kōji Fukada et Julia Gregory
  • Musique : Hiroyuki Onogawa
  • Sociétés de production : Comme des Cinémas, Kadokawa Corporation, Tokyo Garage
  • Durée : 111 minutes
  • Dates de sortie : Japon, 26 juillet 2019
    • France : 5 aout 2020 (sortie en salles)
[1]


Category:Film japonais Category:Film sorti en 2019

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .