Film Wiki
Advertisement
20px Pour les articles homonymes, voir Le Hussard sur le toit.

Le Hussard sur le toit est un film français de Jean-Paul Rappeneau sorti en 1995.

Synopsis[]

Vers 1832, pendant une épidémie de choléra, une jeune femme noble, Pauline de Théus, tente de regagner le château en Provence où l'attend son mari. Elle croise la route d'un jeune colonel de hussards italien, Angelo Pardi, carbonaro par ailleurs, poursuivi par les Autrichiens pour sa participation aux complots révolutionnaires, qui recherche Giuseppe son frère de lait.

Ce qui suit dévoile des moments clés de l’intrigue.

Ils voyagent ensemble et mesurent combien la situation fait ressortir le pire ou le meilleur des individus qu’ils croisent.

Lors d’un arrêt dans un domaine abandonné, Pauline présente les symptômes de la maladie contagieuse. Angelo passe la nuit à frictionner à l’alcool son corps nu et la sauve.

Commentaire[]

Après avoir porté Cyrano de Bergerac au cinéma, Jean-Paul Rappeneau adapte librement le roman de Jean Giono pour en faire un long-métrage qui balance entre le road-movie et le film de cape et d'épée. Il s'attache dans ce film tourné dans la Drôme à la beauté de l'image, véritable hymne aux paysages de Provence, sans que l'intensité dramatique retombe jamais.

En Angelo Pardi, Jean Giono dépeint un héros inspiré par des personnages tels Fabrice Del Dongo (La Chartreuse de Parme, Stendhal), non sans évoquer les chevaliers à l'amour courtois et les romans picaresques. Quoique encore Giono ait choisi de situer l'action sous la monarchie de Juillet, Angelo Pardi n'en incarne pas moins une vision moderne de l'héroïsme, opposé tant aux totalitarismes qu'à l'idéal de juste milieu petit-bourgeois — on ne peut mieux stigmatisé en la monarchie de Juillet — agité par ses propres doutes et néanmoins prêt à agir quand son cœur le lui ordonne. Toutes ses actions sont empreintes de panache. En ce sens, on peut rapprocher Angelo Pardi du Cyrano de la pièce éponyme d'Edmond Rostand, également adapté au cinéma par Jean-Paul Rappeneau : le panache pour Cyrano comme réplique à l'absurdité et à la petitesse de l'existence, ce souci — cette angoisse perpétuelle pour Angelo de créer sa vie comme une œuvre d'art faute de lui trouver de sens ni dans la religion ni dans la révolution (car la révolution, ou plutôt la révolte, pour Angelo Pardi est un « art de vivre », non pas un moyen pour parvenir à quelque fin), se répondent l'un à l'autre dans les deux films de Rappeneau.

Fiche technique[]

Distribution[]

Voir aussi[]

da:Husaren på taget io:La Husaro sur la tekto it:L'ussaro sul tetto

Advertisement