Film Wiki
Advertisement

Nuages épars (乱れ雲 Midaregumo) film japonais de Mikio Naruse, sorti en 1967

Analyse critique[]

Hiroshi et Yumiko forment un couple heureux. Il est promis à une mutation à Washington et ils attendent un enfant. Lors d’un voyage d’affaires, Hiroshi est renversé par une voiture et décède. Privée de ressources, Yumiko doit faire face, elle est abandonnée par sa belle famille, qui l'oblige même à avorter pour rompre tout lien avec elle. Anéantie par cette disparition, elle est, de plus, amenée à croiser sans cesse Shiro Mishima, le responsable de l'accident. Il est est pourtant disculper par la justice et n'est pas obligé d'indemniser la veuve. Pétri de culpabilité, celui-ci voudrait pourtant lui verser une pension, afin qu'elle vive décemment malgré la mort de son époux. Hantée par ses souvenirs, Yumiko décide de fuir chez sa belle-sœur, non loin du lac Towada. A sa grande surprise, elle y retrouve Mishima. Lorsque celui-ci lui adresse la parole, elle comprend peu à peu qu'il faut lui pardonner.

Les deux traversent les affres du doute, essayent de noyer leurs chagrins et leurs angoisses dans l'alcool. Même si cela semble pratiquement inconcevable au départ, on sent malgré tout qu'une étrange force pousse ces deux personnes dans les bras l'un de l'autre. Mais l'amour de Yumiko pour son mari décédé et le regard pesant de la société nippone ne facilitent pas les choses. Dans la dernière partie du film, on assiste à plusieurs scènes d'anthologie soulignées par la somptueuse musique de Tôru Takemitsu et ses violons déchirants. Une balade en bateau interrompue par des trombes d'eaux, le destin semble s'acharner contre les deux individus mais finit par créer, paradoxalement, une vraie complicité entre ces deux êtres. Le bus raté est aussi un écho à un souvenir de Yumiko avec son mari, comme si des liens invisibles se tissaient entre les deux histoires. Une séquence où Yumiko saisit par deux fois la petite main tendue de Mishima terrassé par la fiêvre, la première fois pour ne pas le laisser sombrer, la deuxième fois, subtilement, comme pour lui avouer son attachement.

Les deux héros, amoureux sans oser se l'avouer, se retrouvent en plein été dans une nature verdoyante; on remarque la somptuosité du cadrage, notamment les gros plans lorsque les deux visages ne cessent d'entrer et de sortir du champ, ils se tournent autour, s'évitent mais inexorablement se rapprochent. La conclusion enfin, plutôt pessimiste dans une séquence de tension extrême dans une voiture, lorsqu'elle s'arrête au passage d'un train puis croise un terrible accident de la route qui rappelle inexorablement à Yumiko la mort de son mari.

Nuages épars est le dernier film de Naruse, son testament, peut-être son chef-d’œuvre. Sur une histoire très simple et déchirante, il parvient à faire partager son amour de l’humanité en même temps que son pessimisme hérité de la défaite japonaise lors de la deuxième guerre mondiale. Son "style invisible", marqué par la fluidité, par une mise en scène au service du récit fait merveille.

Nuages épars ressemble à son œuvre. Les sujets sont les mêmes (la mort réelle ou symbolique des maris, la société vue comme un système réglé d’interdictions et d’autorisations, la prostitution, seule issue pour les femmes) et identique aussi l’utilisation de la nature et du décor pour intensifier les sentiments. Cet usage signifiant de ce qui entoure et contient n’est pas pour rien dans l’impression de profonde tristesse que produisent les films de Naruse: le monde n’est pas une échappatoire, il ne fait que répéter et renforcer les règles de la vie sociale, il double dramatiquement le destin. Yumiko et Mishima, sans plus d’illusions, s’enfoncent de dos, emprisonnés. Il y a quelque chose du bonheur disons, mais c’est inaccessible.
» Stéphane Bouquet, Cahiers du cinéma, janvier 2001

Distribution[]

  • Yûzô Kayama : Shiro Mishima
  • Yôko Tsukasa : Yumiko
  • Mitsuko Kusabue : Ayako, la sœur de Yumiko
  • Mitsuko Mori : Katsuko
  • Mie Hama : Teruko
  • Daisuke Katô : Hayashida
  • Yoshio Tsuchiya : le mari de Yumiko

Fiche technique[]

  • Titre original : 乱れ雲 Midaregumo
  • Réalisation : Mikio Naruse
  • Scénario: Nobuo Yamada
  • Photographie : Yuzuru Aizawa
  • Musique : Tôru Takemitsu
  • Production : Toho
  • Montage : Hideshi Ohi
  • Date de sortie : 18 novembre 1967
Advertisement